Page:APUG 3010.djvu/24

From GATE
This page has been proofread


confesseur. A cause de l’état de D. L. les confessions étaient longues puisqu’il fallait l’exorciser chaque fois. Le confesseur était obligé de la confesser et de la communier dans une chapelle de religieuses où il n’y avait pas de monde. Tout cela prêta occasion à la calomnie, et obligea Mr P. de défendre à sa pénitente de venir le voir.
Elle m’écrit le 8 Décembre: «Vouloir vous dépeindre l’état de peine, de tristesse où je suis depuis ma dernière lettre serait impassible... Elle me parle ensuite de la calomnie et de la mesure que son confesseur a cru nécessaire de prendre, puis elle ajoute: « Tout cela vient de cette personne dont je vous ai parlé dans ma dernière lettre; ne croyez que je lui en veuille, je lui pardonne de tout mon cœur toute la peine qu’elle m’a faite. Mais que je souffre! Vous allez me dire: arrivez vite, c’est votre désobéissance, votre retard à venir qui vous vaut tout cela. C’est vrai, Bon Père, mais en ce moment,

This page contains the following annotations: