Page:APUG 3009.djvu/16

From GATE
This page has been validated


belle parole sortie du coeur et de la bouche d’un enfant: «Si le bon Dieu a besoin d’une fille Victime, qu’il me prenne», et quand plus tard il aura besoin d’une Victime il se souviendra de l’offre généreuse de l’enfent et en fera réellement sa Victime.
Mais n’anticipons pas. — A l’age de 17 ans elle voulait se faire religieuse, mais on lui persuada que sa famille avait besoin d’elle. Elle fit le sacrifice de son désir et resta dans le monde pour se dévouer pour les siens. Elle travaillait comme ouvrière chez différentes dames qui toutes en étaient très satisfaites. Voici d’ailleurs ce que son confesseur Mr. P. très digne prête et professeur du Séminaire m’écrit à ce sujet.
Lettre du 22 Mars 1877. — Il y a au moins 15 ans que je la connais et au moins 10 que je la confesse. Elle a été très pieusement élevée chez les Soeurs de Saint Vincent.
Sa conduite au point de vue des moeurs a toujours été irréprochable, pleine de modestie, de simplicité, de dignité même. Elle paraissait, m’ont dit plusieurs dames chez lesquelles elle allait travailler très souvent comme ouvrière, ignorer complètement le mal. C’est du reste ce qu’elle m’a toujours dit, elle ne connaissait rien, absolument rien, avant ces malheureuses obsessions. Donc beaucoup de pureté en elle, de même beaucoup de piété. Vous l’avez vue communier comme moi. Vous avez pu vous convaincre par l’espression[1]

  1. Pagina non numerata
This page contains the following annotations: