Difference between revisions of "Page:APUG 3010.djvu/131"

From GATE
(Proofread)
 
(One intermediate revision by the same user not shown)
Page body (to be transcluded):Page body (to be transcluded):
Line 1: Line 1:
 
Si jamais je vous le redemande, ne me le rendez pas; dites-moi, dès ce jour, dites-moi que vous ne pouvez accueillir ma demande, que je vous l’ai donné, qu’il est à vous sans retour. Je renouvelle, Bonne Mère, la promesse que je vous ai faite de ne jamais passer un seul jour (par ma faute) sans dire mon Chapelet. Je renouvelle aussi mon vœu de virginité. <br>
 
Si jamais je vous le redemande, ne me le rendez pas; dites-moi, dès ce jour, dites-moi que vous ne pouvez accueillir ma demande, que je vous l’ai donné, qu’il est à vous sans retour. Je renouvelle, Bonne Mère, la promesse que je vous ai faite de ne jamais passer un seul jour (par ma faute) sans dire mon Chapelet. Je renouvelle aussi mon vœu de virginité. <br>
Soyez, ô Bonne Mère, toute miséricordieuse pour votre indigne enfant.
+
Soyez, ô Bonne Mère, toute miséricordieuse pour votre indigne enfant <center>[[citesName::Désirée Léjeune|D. L.]]</center>
                                  [[citesName::Désirée Léjeune|D. L.]] <br>
 
 
Paris, le 21 Février 1878». <br>
 
Paris, le 21 Février 1878». <br>
 
La dernière phrase, Soyez, ô bonne Mère… puis Paris le 21 Février 1878, et son nom sont entièrement écrits de son sang. <br>
 
La dernière phrase, Soyez, ô bonne Mère… puis Paris le 21 Février 1878, et son nom sont entièrement écrits de son sang. <br>

Revision as of 11:25, 14 July 2019

This page has been proofread


Si jamais je vous le redemande, ne me le rendez pas; dites-moi, dès ce jour, dites-moi que vous ne pouvez accueillir ma demande, que je vous l’ai donné, qu’il est à vous sans retour. Je renouvelle, Bonne Mère, la promesse que je vous ai faite de ne jamais passer un seul jour (par ma faute) sans dire mon Chapelet. Je renouvelle aussi mon vœu de virginité.

Soyez, ô Bonne Mère, toute miséricordieuse pour votre indigne enfant

D. L.

Paris, le 21 Février 1878».
La dernière phrase, Soyez, ô bonne Mère… puis Paris le 21 Février 1878, et son nom sont entièrement écrits de son sang.
Le 23, en disant la Ste Messe, j’ai mis cet acte de consécration sur l’autel sous le corporal.
Elle vint me voir dans la matinée pour se confesser. La pauvre Enfant avait été fortifiée par la Ste Vierge pour la lutte.

This page contains the following annotations: