Page:APUG 3009.djvu/90

From GATE
Revision as of 12:17, 6 May 2020 by ArchivesPUG (talk | contribs) (top: added Template:TurnPage, replaced: <references/> → <references/> {{TurnPage}})
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
This page has been validated


Sa lettre est du 20 Mai.
Ce qui j’endure maintenant n’est pas une douleur physique; mon âme seule souffre, et il me serait bien difficile de dire ce que j’endure. Il y a e de choses qu’on éprouve, mais qu’on ne peut pas rendre. J’ai le plus grand désir d’aimer N. S. et, quand je suis pour faire la Sainte Communion, j’éprouve une frayeur indéfinissable, comme quand on est sous l’impression d’une mauvaise action. Et, malgré tout cela, je me sens continuellement attirée comme malgré moi, à N. S. Lors même que je suis le plus occupée, je sens le besoin d’aller me jeter au pied du Tabernacle demander à N. S. un peu de consolation et pardon de tous mes péchés. Et aussitôt que j’entre à l’Eglise, toutes ces bonnes dispositions s’en vont; je me trouve mal à l’aise, impossible de prier.
Il n’y a que près de Marie, ma