Page:APUG 3009.djvu/121

From GATE
Revision as of 13:33, 22 March 2019 by ArchivesPUG (talk | contribs) (Validated)
This page has been validated


tu es à mois, et je te poursuivrai partout. Cède donc, si tu ne veux pas souffrir plus longtemps. Que cherches-tu encore? La Ste Vierge que tu appelais ta Bonne Mère, tu le vois bien, s’est éloignée de toi, parce qu’elle sait bien que tu m’appartiens.

Mon Père, je termine encore sans achever; voilà plus d’une ½ heure que je suis là sans pouvoir faire mouvoir ma main. Si je veux écrire de la Ste Vierge, ou de (probablement moi mot illisible[1]) ma main s’arrête net. Malgré tout, bon Père, (ceci est écrit d’une main très-agitée) j’ai en vous la plus grande confiance. Croyez au profond respect de votre pauvre Enfant». L’état de souffrance de la pauvre possédée devenait de plus en plus intolérable, et son mutisme allait toujours croissant. Même, hors des temps des exorcismes, à la maison où elle travaillait, les personnes que se trouvaient avec elles, s’aperçurent de

  1. alia manu